1er juillet 2024 à 12h – Webinaire LaborIA Explorer

Le premier webinaire du LaborIA se déroulera lundi 1er juillet 2024 de 12h à 13h sur Livestorm et sera consacré aux travaux de la première zone d’expérimentation : LaborIA Explorer.

Après deux années d’enquêtes, le LaborIA Explorer vient de publier ses résultats et recommandations sur les interactions humain-système d’IA et les enjeux d’appropriation dans dans le monde du travail.

Participez au webinaire LaborIA Explorer pour :

  • Découvrir le LaborIA, ses activités et ses acteurs
  • Comprendre les méthodes et les conclusions de nos travaux de recherche et d’expérimentation
  • Explorer les transformations du travail liées à l’IA et les enjeux de son appropriation
  • Échanger avec les acteurs du laboratoire et poser toutes vos questions

Programme détaillé à venir

LaborIA Explorer – Synthèse générale : Étude des impacts de l’IA sur le travail

Les résultats de deux années d’investigation : points saillants

Comment l’IA transforme-t-elle les métiers et les organisations ? Quelles interactions entretiennent les personnes qui travaillent avec les systèmes d’IA ? Quels risques pour le travail sont-ils associés à la mise en œuvre sur le terrain ? Et quelles sont les conditions d’émergence d’une IA « capacitante », c’est-à-dire une IA qui vient compléter ou augmenter les compétences humaines, pour la population active et les organisations de travail ?

Les travaux du LaborIA Explorer mettent en lumière des résultats inédits sur les interactions humain-machine et les enjeux d’appropriation de l’IA dans le monde du travail.

  1. Le déploiement de l’IA : un point de départ vers une transformation progressive

L’introduction de l’IA dans les organisations marque le début d’un processus continu d’apprentissage et d’adaptation. Les interactions humain-machine impliquent des périodes d’apprentissage prolongées et incertaines, et les individus doivent non seulement utiliser les systèmes intégrant de l’IA, mais aussi s’engager dans leur entretien, leur amélioration et leur supervision.

  1. Un conflit de rationalité entre logique gestionnaire et logique du travail réel

Le déploiement des systèmes d’IA soulève des tensions entre la logique gestionnaire des concepteurs ou des décideurs et la logique du travail réel des salariés. Les premiers visent à optimiser les process et la productivité, tandis que les seconds s’interrogent sur la reconnaissance, l’autonomie et le sens de leur travail face à ces changements. Ce « conflit de rationalité » peut mener à des situations difficiles pour les personnes qui travaillent, s’il n’est pas résolu par un compromis entre les parties prenantes. A l’inverse, un compromis réussi peut conduire à des configurations dites « capacitantes ».

  1. L’IA bouleverse l’organisation du travail et le management

L’arrivée de l’IA reconfigure les rôles professionnels, les compétences requises et le management. Les observations menées font notamment apparaître des questionnements autour du rôle de manager intermédiaire ou encore du risque de polarisation du travail. De manière réciproque, l’organisation du travail influence l’adoption et l’utilisation de l’IA. Des structures hiérarchiques et centralisées vont intégrer l’IA différemment des environnements plus autonomes.

« Comment surveiller que la personne ne s’est pas reposée à 100% sur l’IA et a gardé cet esprit vigilant ? »
« C’est une super avancée, mais je ne suis pas sûr à 100% de l’outil »
« L’IA peut nous aider à voir ce que l’œil humain n’arrive pas à percevoir »
« Avec l’IA, tu vas pouvoir te concentrer sur ton expertise »

Des dizaines de professionnels qui racontent leur quotidien avec l’IA

Des recommandations concrètes pour un dialogue social et technologique

Les conclusions du LaborIA Explorer ouvrent sur des recommandations pour outiller le dialogue social et technologique en faveur de l’intégration dite « capacitante » des systèmes d’IA dans le monde du travail :

  1. partir du travail réel pour penser le rôle et la place des IA ;
  2. garantir la co-conception des systèmes intégrant de l’IA et organiser le dialogue en continu ; 
  3. mettre l’IA au service de la sécurisation des travailleuses et travailleurs ;
  4. rendre les systèmes d’IA « explicables », pour permettre aux décideurs et aux utilisateurs de comprendre leur fonctionnement et de faire confiance aux résultats créés ;
  5. apprendre chemin faisant. Accepter une part d’imprévisibilité dans les bouleversements produits par l’IA.

Ces recommandations ont déjà été présentées à l’ensemble des partenaires sociaux dans le cadre du Comité exécutif élargi du LaborIA, le dialogue social étant un axe central du programme.

Face aux questionnements que pose l’intelligence artificielle, nous anticipons son déploiement afin de comprendre comment elle est amenée à accompagner les transformations de la formation, de l’emploi et du monde du travail. C’est dans cet esprit que le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités, à travers la DGEFP et la DGT, collabore activement aux travaux de recherche du LaborIA.

Jérôme Marchand-Arvier

Délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle

Une approche innovante pour comprendre les situations de travail avec l’IA

Ces résultats et recommandations sont le fruit des recherches pluridisciplinaires menées via la mobilisation d’une grande diversité d’acteurs : chercheurs en sciences sociales et technologies du numérique, ingénieurs, chefs d’entreprise, représentants des syndicats et des salariés.

Une enquête par questionnaire a été réalisée auprès de décideurs d’entreprise et une série d’investigations a été conduite sur le terrain, pour observer et échanger avec les professionnels afin de décrire et qualifier les situations de travail. Ces enquêtes ont permis de recueillir les perceptions croisées des parties prenantes (décideurs, concepteurs, ingénieurs et salariés) dans différents types d’organisations (entreprises privées, administrations, établissements publics). Comment l’introduction de l’IA dans une activité ou un environnement de travail affecte-t-elle la reconnaissance, l’autonomie, les savoir-faire, les relations humaines, la responsabilité, le sentiment de surveillance ? En complément des débats sur l’automatisation potentielle des emplois, c’est bien l’expérience de travail qui est l’objet du LaborIA Explorer.

L’avenir du LaborIA : devenir le centre de ressources pour l’IA au travail

Dans son rapport publié en mars 2024 et intitulé « IA : notre ambition pour la France », la Commission de l’intelligence artificielle recommande notamment « d’investir dans l’observation, les études et la recherche sur les impacts des systèmes d’IA sur la quantité et la qualité de l’emploi » pour faire de la France un acteur majeur de la révolution technologique de l’IA. Fort des travaux de sa première phase et en tenant compte de l’évolution fulgurante de l’IA, le LaborIA va consolider son engagement pour répondre à cet objectif.

Dans les mois à venir, le LaborIA poursuivra les investigations qualitatives et quantitatives de manière sectorielle notamment dans les industries culturelles et créatives avec un focus sur l’impact de l’IA générative. En parallèle, le LaborIA s’attachera à développer des projets de recherche-action sur des problématiques transverses comme le recrutement ou l’inclusion. A terme, le LaborIA s’est donné pour ambition de devenir le centre de ressources spécialisé sur les questions de l’impact de l’IA au travail, notamment en concevant et rassemblant des ressources et méthodes pour outiller l’écosystème des politiques de l’emploi et du travail.

La souveraineté numérique, c’est aussi maitriser l’impact de l’intelligence artificielle et comprendre son impact dans le monde du travail pour choisir les chemins que nous voulons emprunter. Cela donne de nouvelles responsabilités à la recherche et les premiers travaux du LaborIA montrent qu’il est essentiel d’inscrire cette démarche dans la durée et de l’ancrer sur le terrain, dans une dynamique pluridisciplinaire.
En tant qu’Agence de programmes du Numérique, avec l’ensemble de nos partenaires, Inria va poursuivre son engagement et son investissement pour amplifier et consolider le travail engagé aux côtés du ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités. »

Bruno Sportisse

PDG d’Inria

LaborIA, le podcast – Épisode n°6 : Prospective et IA

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

Comment décrypter le futur du travail pour mieux le construire ?

En matière d’IA, il est peu dire que les scénarios d’anticipation ont tendance à se tromper. Alors que nous vivons dans une époque d’accélération et d’incertitude toujours plus grandes, comment peut-on encore s’exercer à anticiper le futur ? La prospective a-t-elle encore du sens, et si oui comment bien la pratiquer ? Enfin, comment travaillera-t-on demain ? 

Réponses avec :

  • Isabelle Gire, chargée de prospective au sein de l’APEC, l’association pour l’emploi des cadres
  • Marc Malenfer, chargé de veille et prospective au sein de l’INRS, l’organisme de référence en matière de santé au travail et de prévention des risques professionnels
  • Jean Condé, docteur en sciences humaines et sociales et chercheur associé à Matrice, institut d’innovation technologique et sociale.

Les avancées du Partenariat mondial en IA sur l’avenir du travail

Le Partenariat mondial en IA : coopérer pour le développement responsable de l’IA

Lancé en 2020 sous l’impulsion de la France et du Canada au G7, le Partenariat mondial en IA (PMIA) réunit 29 pays membres des 5 continents (dont l’Union Européenne), alignés sur l’ambition d’une coopération renforcée en faveur d’un développement de l’intelligence artificielle alignée sur les principes de l’OCDE : inclusive, centrée sur l’humain, transparente, sûre et responsable.

Pour combler le fossé entre la théorie et la pratique, l’initiative permet aux gouvernements membres de soumettre des questions spécifiques à des groupes d’experts issus de la recherche, de l’industrie, de la société civile, des gouvernements et des organisations internationales. Ces experts collaborent au sein de 4 groupes de travail (IA responsable ; Gouvernance des données ; Avenir du travail ; Innovation & commercialisation) et sont soutenus par deux centres de support d’expertise à Paris (Inria), Montréal (CEIMIA) et bientôt par un troisième à Tokyo.

Les activités des experts internationaux sur l’avenir du travail

Afin de répondre aux besoins des pays membres, les groupes de travail du PMIA évaluent les données scientifiques, techniques et socio-économiques pour comprendre les impacts de l’IA, encourager son développement responsable et anticiper les défis potentiels. Les experts s’impliquent aussi dans la mise en œuvre de projets appliqués à l’IA : analyses multidisciplinaires, prospectives, évaluations, recherches, outils, recommandations et bonnes pratiques, etc.

Le groupe dédié à l’avenir du travail réunit 26 experts PMIA, 1 observateur OCDE et 8 experts externes qui collaborent pour éclairer les impacts de l’IA sur le travail et fournir des recommandations ainsi que des outils pratiques aux décideurs publics et aux acteurs de la société civile.

Leurs travaux se déploient autour de 3 questions structurantes :

  • Comment le déploiement de l’intelligence artificielle peut-il affecter les travailleurs et leur environnement de travail ?
  • Comment la qualité de l’emploi, l’intégration, la santé et la sécurité sur le lieu de travail peuvent-elles être préservées voire améliorées ?
  • Comment former et préparer la population active et les employeurs à l’avenir du travail ?

Au-delà des travaux de fond, des projets concrets sont développés pour répondre à ces problématiques :

  1. Observation plateform, pour analyser des cas d’usage et encapaciter la population active grâce au développement d’outils dans le secteur de l’emploi.
  2. AI for fair work, pour créer et confronter des principes d’une IA juste. Leur application  a permis l’amélioration de la situation de travail de plus de 4 000 personnes en 2023, au sein de l’entreprise d’annotation de données, SAMA
  3. Constructive Approach to Smart Technologies (CAST), pour démocratiser et classifier les solutions d’IA responsable en fournissant une boîte à outils facilement applicable.

Des recommandations politiques concrètes pour le déploiement de l’IA au travail

Dans le cadre de leurs travaux, les experts ont publié en octobre 2023 une note d’orientation politique (policy brief) qui se penche sur la question cruciale des effets de l’IA générative sur l’emploi.

Partant du postulat que l’IA générative recouvre un fort potentiel de transformation pour l’avenir du travail, mais qu’elle reste encore absente du dialogue sur la gouvernance mondiale de l’IA, les experts du PMIA invitent les gouvernements, entreprises et partenaires sociaux à agir. Pour naviguer dans ce paysage incertain et veiller à ce que les avantages de l’IA générative soient équitablement répartis, la note décline dix mesures qui peuvent servir de point de départ à la discussion et à la mise en œuvre des politiques publiques adaptées, au niveau mondial et local.

Certaines de ces recommandations font directement échos aux travaux du LaborIA, parmi lesquelles : monitorer les effets de l’IA au travail sur le long terme, ou encore, déployer des campagnes d’information et de sensibilisation.

LaborIA, le podcast – Épisode n°5 : Management et relations sociales

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

Quels impacts de l’IA sur la vie d’équipe et les rapports humains au travail ?

C’est un fait : l’IA charrie une grande promesse d’efficacité, que ce soit grâce à une rationalisation des coûts, l’amélioration des process ou une prise en charge des tâches les plus chronophages. Mais face à cette optimisation sans précédent, que reste-t-il de toutes les relations sociales qui font le sel du travail : l’empathie, la communication, la résolution des conflits, l’esprit d’équipe ? L’automatisation de tâches gestionnaires et la montée d’un management algorithmique contribuent-elles à transformer (voire à remplacer) le management ?

Comment l’IA vient-elle bouleverser les relations interpersonnelles et le management ?  Et comment donc bien faire la part des choses entre augmentation de la productivité et préservation du rapport humain ?

Réponses avec :

  • Bénédicte Le Deley, Directrice Générale de Défense mobilité, l’agence de reconversion de la Défense, chargée de la transition professionnelle des militaires dans la vie civile
  • Giada Pistilli, Chercheuse en philosophie, Spécialiste de l’éthique des IA conversationnelles, Responsable de l’éthique chez Hugging Face
  • Simon Borel, Sociologue et Responsable Innovation au sein de Matrice.

LaborIA, le podcast – Épisode n°4 : Savoir-faire et reconnaissance

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

L’IA, un nouveau défi pour la reconnaissance du savoir-faire au travail ?

Dans un témoignage récent, Zachary Loeb, un enseignant en histoire et sociologie des sciences, expliquait en quoi les IA génératives avait profondément modifié son métier. Et comment, avec la généralisation de ChatGPT, son métier de professeur s’était transformé en un métier d“enquêteur” chargé de traquer le moindre contenu généré par l’IA dans les copies de ses élèves.
Avec son témoignage, une question se pose : en transformant les tâches associées à un métier, comment l’IA impacte la reconnaissance et le savoir-faire au travail ? Et comment en saisir les nuances et les subtilités ?

Réponses avec les invités suivants :

  • Murielle Popa-Fabre, experte en Machine Learning et NLP au Conseil de l’Europe pour la gouvernance de l’IA
  • Pablo Lamotte, Responsable R&D de Bonhomme Bâtiment, l’un des terrains d’investigation du LaborIA
  • Simon Borel, Sociologue et Responsable Innovation au sein de Matrice.

LaborIA, le podcast – Épisode n°3 : Surveillance et autonomie

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

Les implications de l’IA dans la surveillance au travail : réalité ou fantasme ?

Sept décennies après la publication de 1984 de George Orwell, Big Brother demeure LA métaphore qui écrase toutes les autres quand on parle de surveillance et de technologie. Sauf qu’à force de cuisiner Big Brother à toutes les sauces, on risque d’avoir la nausée, et surtout de ne pas bien saisir la complexité du sujet. Pour plonger dans la réalité des implications de l’IA en la matière, esquivons les fantasmes orwelliens le temps d’un épisode pour explorer très concrètement la réalité du terrain.  

Comment l’IA peut-elle intégrer des outils de surveillance dans le travail ? Quelles utilisations peuvent-elles en être faites ? Quels sont les risques, les avantages ? Quel rôle joue l’éthique dans l’encadrement de la surveillance ? 

Réponses avec :

  • François Mattens, Directeur Affaires publiques et partenariats stratégiques chez XXII, une solution d’analyse vidéo en temps réel
  • Yann Ferguson, spécialiste des mutations au travail, Docteur en sociologie, et Directeur scientifique du LaborIA.

LaborIA, le podcast – Épisode n°2 : IA et responsabilité au travail

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

Comment repenser la responsabilité au travail à l’ère de l’IA ?

Les systèmes d’IA nous orientent, nous conseillent la marche à suivre, nous avertissent d’une possible anomalie, ou font même parfois à notre place certaines tâches routinières.
Dès lors que nos choix ne sont plus totalement nos choix, puisqu’ils ont été incités ou prévenus, on peut se demander ce que devient le sens de la responsabilité auquel nous sommes tous attachés. 

Existe-t-il des voies intermédiaires, des combinaisons homme-machine vectrices de renforcement de la responsabilité ? Quel rôle jouent les différents acteurs du travail dans cette gestion de la responsabilité ? 

Les invités discutent des défis auxquels sont confrontés les personnes qui travaillent et les concepteurs de solutions d’IA, ainsi que des stratégies pour penser un meilleur équilibre entre l’humain et la machine au travail. 

  • Simon Borel, Sociologue et Responsable Innovation de Matrice
  • Sylvain Dalmas, Président d’Alia Santé, startup qui accompagne les biotechs et medtechs sur la mise en place de l’IA au service de la santé
  • Maxime Donabedian, Responsable Innovation chez Air France Industries, en charge de solutions d’IA qui permettent la détection de défauts moteurs

20-22 novembre 2023 – Colloque international « Intelligence artificielle et transformations du travail » à Grenoble

La Chaire éthique & IA est une des chaires de l’institut multidisciplinaire en intelligence artificielle de Grenoble (MIAI). Elle vise à développer une compréhension philosophique de l’Intelligence Artificielle, par la recherche, la formation et la valorisation. Elle est ancrée dans la discipline philosophique et reflète les activités de l’Institut de Philosophie de Grenoble (IPhiG), une unité de recherche de l’Université Grenoble Alpes.

Intelligence artificielle et transformations du travail

Le déploiement de l’IA dans les environnements professionnels amène les experts à se questionner sur les transformations en cours et à venir. L’efficacité, la fiabilité et la rapidité des systèmes d’IA favorisent la montée de perspectives divergentes. D’une part, un courant plutôt “socio-pessimiste” craint que les humains soient remplacés par les machines. Ce qui entraînerait des pertes d’emploi et une augmentation des inégalités. D’autre part, une position plus “techno-optimiste” considère que la coopération entre l’IA et les humains peut être vectrice d’émancipation, permettant aux humains de se concentrer sur des tâches plus significatives et créatives. Quelle que soit la perspective, on peut présumer que l’IA aura des implications sur la valeur du travail et sur les conditions de travail dans un avenir proche. 

Le colloque réunit des experts internationaux pour proposer une philosophie sociale de l’IA et du travail, ancrée dans un cadre éthique. Il se décline sur trois axes de recherche : l’histoire du débat sur le remplacement technologique, les conditions de travail avec l’IA et les transformations de l’équité et de la justice. Cet événement sera donc l’occasion de débattre des réflexions émergeant de la littérature scientifique quant aux effets de l’IA sur le travail.

Deux journée et demie pour appréhender le sujet

Le LaborIA est partenaire du colloque qui sera notamment introduit par Bruno Sportisse, PDG d’Inria et Président du Comité exécutif du LaborIA ainsi que par Yann Ferguson, Directeur scientifique du LaborIA.

L’événement se tiendra à la Maison de la Création et de l’Innovation sur le campus de l’Université Grenoble Alpes et le programme s’articulera autour de 5 sessions thématiques :

  • L’IA dans le domaine médical
  • Ethique et justice au travail
  • Conditions de travail
  • Remplacement des humains par les machines : mythe ou réalité ?
  • Etudes de cas

Les participants pourront aussi assister à une table ronde internationale centrée sur les perspectives éthiques et légales de l’IA au travail.

LaborIA, le podcast – Épisode introductif : L’IA au travail, quelle transformation des réalités humaines ?

Le podcast du LaborIA explore les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Au fil des épisodes, nous suivons une équipe de chercheurs en sciences sociales dans leurs enquêtes terrain et questionnons des experts des transformations du travail.

Comment appréhender le futur du travail avec l’IA ?

Avec l’avènement de ChatGPT, le sujet de l’IA est revenu au cœur des préoccupations. Nous constatons chaque jour que de nouveaux outils d’intelligence artificielle sont inventés pour rendre le travail plus efficace, moins redondant. 

Au fil des épisodes du podcast, des experts du Ministère du Travail, de l’INRIA, de Matrice et du monde de la recherche partagent leurs réflexions sur l’avenir du travail à l’ère de l’IA.

En quoi cette technologie favorise-t-elle ou entrave-t-elle notre capacité d’agir au travail ? Quelles sont les nouvelles identités professionnelles des salariés et managers ? A-t-on le choix de « ce progrès » ou y est-on contraint par la compétition économique ? 

Les invités de cet épisode introductif explorent les grandes questions posées par l’IA au travail et présentent le LaborIA ainsi que les premiers travaux de la zone d’expérimentation LaborIA Explorer.

  • Lamia Abed, Chargée de mission anticipation et développement de l’emploi et des compétences au Ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion
  • Jean Condé, Directeur scientifique de Matrice
  • Yann Ferguson, Docteur en sociologie et Directeur scientifique du LaborIA